PIERRE-PAUL RUBENS (1577-1640) - Buckingham


"D'après Rubens - Buckingham", 2010, acrylique sur toile, 35 x 27 cm.

« Par cet art les nobles étaient encore plus nobles. » Pline.


Bouquingan.

La peinture intitulée "D'après Rubens - Buckingham", a été peinte d’après "Portrait de George Villiers" (1625), huile sur toile (65 x 50 cm.), de Pierre Paul Rubens (1577/1640), exposée au Palazzo Pitti de Florence.

George Villiers, 1er duc de Buckingham (1592/1628), favori de Charles 1er. d’Angleterre (1600-1649) marquis puis duc, il devint premier ministre et entraîna son pays à l’aventure, il mourut assassiné. Appelé « Bouquingan » par les Français de l'époque, Alexandre Dumas (1802-1870) le suppose amant de la reine de France Anne d'Autriche (1601-1666) dans "Les Trois Mousquetaires" (1). Charles Dickens (1812-1870) le cite comme « ce pestilent de Buckingham, en vue de gratifier sa vanité blessée » entraîna l’Angleterre dans une guerre avec la France et l’Espagne. « Pour de si mesquines causes et de si mesquines créatures se déclenchent parfois les guerres. » Loin de regretter le meurtre de Buckingham, Dickens conclut qu’il « était destiné à ne plus faire trop de dégâts dans ce monde » (2).

Rubens, peintre baroque flamand (3), est Maître peintre à 21 ans. Il entreprend le voyage en Italie (1600/08) et se met au service du duc de Mantoue, pour le­quel il est à la fois peintre et organisateur de fêtes. Nommé peintre de cour à Anvers en 1609, il voit affluer les commandes et transforme sa maison bourgeoise en palais italien. Dans les commandes religieuses, son style monumental, lumineux et coloré est au service de l'idéal de la Réforme. Très demandé, il dirige un grand atelier dès 1615. Vers 1628, il entame une carrière diplomatique qui lui vaut d'être anobli à la fois par Philippe IV d'Espagne (1605-1665) et par Charles Ier d'Angleterre (1600-1649).

« Aucune entreprise, pour vaste qu'elle soit dans son envergure et diversifiée dans son sujet, n'a surpassé mon courage. » Petrus Paulus Rubens, dans une lettre adressée en 1621 à l'émissaire du roi d'Angleterre Jacques Ier, qu'il prend ainsi à témoin de sa foi en son génie.

Jean-Bernard Pouchous.

Bibliographie :

-1- Alexandre Dumas, Les Trois mousquetaires, éd. Le Livre de Poche, coll. Classiques, 2002.

-2- Dickens, Charles. A Child's History of England, éd. David Starkey. Icon Books, Harper Collins Publishers, 2006.

-3- Marie-Anne Lescourret, Rubens, éd. Flammarion, coll. Bibliographies MLA, 2004.

L'AUTEUR
LIENS UTILES

80 X 40

ICONODULE

CRITIQUE

Par tags
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black