Titien  - "Vénitien" (1507)


"D'après Titien - Vénitien", 2010, acrylique sur toile, 35 x 27 cm.

« À ses débuts, quand il commença à peindre dans la manière de Giorgione, à dix-huit ans à peine, fit le portrait d'un gentilhomme de la famille Barbarigo, son ami... on le jugea si bien peint et avec tant d'habileté que, si Titien n'y avait mis son nom dans une ombre, on l'aurait pris pour une œuvre de Giorgione. » Vasari.


Vitalité.

La peinture intitulée "D'après Titien - Vénitien", a été peinte d’après "Portrait d'un Vénitien", huile sur toile (76 × 64 cm.), du Titien (1490-1576), exposée à la National Gallery of Art de Washington DC.

Titien est un peintre italien de l’école vénitienne (1), auteur d'une œuvre picturale considérable. Il est considéré comme un des plus grands portraitistes de cette époque, notamment grâce à son habileté à faire ressortir les traits de caractère des personnages. A ces débuts, Titien est énormément influencé par le pouvoir d'évocation de Giorgione (1477-1510). Goethe (1749-1832) dit de lui quand il évoque son travail sur les fresques de l’école de Saint-Antoine de Padoue où il réalise ses premières œuvres indépendantes : « Il y a là, écrit le poète, une vérité surprenante, capable de tout exprimer ».

Durant la seconde moitié du XVe siècle, la technique de la peinture à l'huile est adoptée par les artistes italiens. C'est certainement Antonello de Messine (1430-1479) qui l'importe à Venise en 1475 pour être ensuite adoptée par Giovanni Bellini (1425-1433). Giorgione expérimente certaines caractéristiques de la peinture à l'huile, comme sa texture, grasse et souple, et son opacité potentielle. Les artistes commencent à travailler en couches successives, d'abord un fond teinté, ombré ensuite en monochrome, donnant le modelé, puis recouvert de plusieurs couches de glacis autant de plans qui accrochent la lumière, le tout rehaussé en finition pour les détails par d'autres glacis localisés. Les peintres vénitiens sculptent progressivement la matière picturale et se mettent à dissoudre le contour des formes. Ils finissent par minimiser l'importance du dessin préparatoire. C'est l'origine de la controverse théorique entre l'école florentine qui prône la supériorité de la ligne et du dessin et l'école vénitienne qui lui oppose la touche et le coloris. Le succès de Titien réside dans son ingéniosité à marier ces deux innovations techniques. Tout au long de sa carrière, on assiste dans ses œuvres à une transformation progressive de sa touche picturale, de plus en plus éclatée et de plus en plus vibrante.

Jean-Bernard Pouchous - 2011.

Bibliographie :

-1- Peter Humfrey, Titien : Tout l'oeuvre peint, éd. Luchon, coll. Les classiques de l’art, 2007.

L'AUTEUR
LIENS UTILES

80 X 40

ICONODULE

CRITIQUE

Par tags
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black