Titien - Flore (1515)


"D'après Titien - Flore", 2010, acrylique sur toile, 35 x 27 cm.

« On ne peut pas descendre deux fois dans le même fleuve. Ni toucher deux fois une substance périssable dans le même état, car elle se disperse et se réunit de nouveau par la promptitude et la rapidité de sa métamorphose : la matière, sans commencer ni finir, en même temps naît et meurt, survient et disparaît. » Héraclite, Trois présocratiques. Fragments (1).


Sacellum.

La peinture intitulée "D'après Titien - Flore", a été peinte d’après "Flore"


huile sur toile (80 cm x 64 cm.), du Titien (1490-1576), exposée à la Galerie des Offices de Florence.

Tout change tout le temps.

Flore, ou Flora en latin, est parmi les divinités agraires d'Italie une des plus antiques et des plus puissantes. Son équivalent grec est la nymphe Chloris. Son importance apparaît du fait qu'à Rome un flamine particulier (Flamen Floralis) lui était consacré et que son temple se dressait sur le vieux Quirinal. Chaque année en avril elle était célébrée dans les fêtes agraires destinées à favoriser les récoltes. Sans sa faveur en effet, ni croissance des céréales, ni arbres fruitiers.

Zéphir est fils d'Astréos (ou d’Eole, le maître du vent) et d' Eos (l'Aurore), il lui est attribué comme royaume « les lieux où se lève l'étoile du soir, où le soleil éteint ses derniers feux. » Zéphir s’éprit de Flore, la ravit et en fit son épouse, la conservant dans l'éclat de la jeunesse et lui donnant l'empire des fleurs. Leur hymen se célébra au mois de mai et les poètes, en décrivant les saisons, n'oublient pas de donner une place à ces deux époux dans le cortège du Printemps. Les Jeux floraux, également appelés Floralies ou Floralia, étaient des fêtes parmi les plus anciennes, célébrées dans la Rome antique en l'honneur de la déesse des fleurs, des jardins et du printemps. Elles duraient cinq nuits consécutives faites de cortèges, chasses, danses et représentations mimiques et dramatiques. Les chasses avaient lieu dans un cirque spécial, appelé cirque de Flore, situé hors de la ville, dans une petite vallée formée par le mont Viminal et la colline des Jardins. La déesse Flore joue ainsi dans le monde végétal le même rôle essentiel que Vénus dans le monde des êtres animés, hommes et animaux. Elle était souvent associée à Pomone nymphe d’une grande beauté, divinité des fruits qui aimait les jardins soigneusement entretenus. Vertumne, veillait surtout à la fécondité de la terre, à la germination des plantes, à leur floraison et à la maturation des fruits, il était le dieu des jardins et des vergers et avait le privilège de pouvoir changer de forme à son gré. Eperdument amoureux de Pomone, il eut recours à cet artifice pour se faire aimer de la nymphe. Vertumne prit successivement la figure d'un laboureur, d'un moissonneur, d'un vigneron, enfin d'une vieille femme, désignant ainsi le printemps l'été, l'automne et l'hiver. Il vint complimenter Pomone sur ses fruits et l'embrassa. Ensuite, il lui montra un orme enlacé par une vigne et plaida la cause de l'amour. Puis il lui raconta alors l'histoire d'amour d’Anaxarète : « Anaxarète était une fille née de famille noble de Chypre, aimée considérablement par le berger Iphis et qui réagit si froidement à son amour passionné qu'il se pendit. Elle ne fut même pas émue en voyant le corps sans vie de son soupirant. Comme châtiment, Aphrodite la transforma en pierre alors qu'elle regardait par curiosité le cortège de l'enterrement de son amoureux passer sous sa fenêtre. » Enfin, voyant que Pomone était séduite par l'histoire, il se révéla sous son vrai visage, resplendissant de jeunesse et de santé. Pomone n'y résista pas, s'éprit de lui et accepta son amour et d’année en année, dans une succession ininterrompue de saison, Vertumne qui a donné sa foi à la nymphe, lui garde toujours une inviolable fidélité.

Jean-Bernard Pouchous - 2011.

Bibliographie (:

-1- Yves Battistini, Trois présocratiques, Parménides Heraclitus Ephesius, Empédocles, éd. Gallimard, coll. Idées nrf, 1968.

L'AUTEUR
LIENS UTILES

80 X 40

ICONODULE

CRITIQUE

Par tags
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black