JEROME BOSCH (1453-1516) - Saint Antoine


"D'après Bosch - Saint Antoine", 2011, acrylique sur toile, 35 x 27 cm.

« l'homme doit être aussi heureux ici-bas qu'il sera un jour dans le ciel » Tommaso Campanella, La Cité du Soleil.


Adamisme.

La peinture intitulée "D'après Bosch - Saint Antoine", a été peinte d’après "La tentation de Saint Antoine" (1500/1510), huile sur bois (70x115cm.), de Bosch (1453-1516), exposée au Musée du Prado à Madrid.

Jérôme Bosch est issu d’une famille originaire d'Aix-la-Chapelle, venue s'installer aux Pays-Bas deux générations plus tôt. Son grand-père Jan van Aken et son père Anthonis van Aken étaient peintres. Suite à son mariage en 1478 avec une fille de riche aristocrate, il est accueilli comme « membre notable » par la confrérie Notre-Dame, une association religieuse consacrée au culte de la Vierge, dont il devient naturellement le peintre attitré. Sa vie à Bois-le-Duc se déroule alors paisiblement entre sa femme, son atelier et la confrérie, ce qui n’empêchera pas sa renommée de s’étendre bien au-delà des frontières de son pays natal.

Le premier mouvement nudiste organisé connu, revendiquant le retour au paradis d'Adam et Eve, a été créé par le christianisme (1). Avant lui il n'existait ni interdiction ni proscription du nu dans toute l'antiquité, que ce soit chez les Celtes, les Grecs, ou les Romains, donc personne ne cherchait à le défendre (2). Les adamites s’organisèrent en mouvement religieux inspiré par la nostalgie de l'Éden et Adam et Eve avant la chute. Suivant l'amour libre, ils rejetaient le mariage de même que le travail et vivaient nus le plus souvent possible, dans une sorte d'état d'innocence originelle. Après une notoriété rapidement éclipsée dans l'Antiquité (II e. siècle après J.-C.), les Adamites réapparaissent en Europe vers la fin du XIII e. siècle, en Autriche, en Bohême et en Flandres, mais les pillages dont ils se rendent coupables, ainsi que leur doctrine théologique indisposent les autorités. Persécutés, ils auront tous disparu à la fin du XV e. siècle.

Il y a de forte chance que la peinture de Jérôme Bosch, Le Jardin des délices (1503), huile sur bois (220 x 389 cm.) du Musée du Prado à Madrid, soit une représentation de la mythologie adamite, car la secte des Frères du Libre-Esprit suivant ses principes se développait alors à Bois-le-Duc, la ville où l’artiste vivait alors.

Jean-Bernard Pouchous - 2011.

Bibliographie :

-1- Jean-Luc Bouland, Tout en nu, éd. Encre, 1997.

-2- Marc-Alain Descamps, Vivre nu : Psychosociologie du naturisme, éd. Trismégiste, 1991.

L'AUTEUR
LIENS UTILES

80 X 40

ICONODULE

CRITIQUE

Par tags
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now